Comprendre sa vue

 

La presbytie

Qu’est-ce que la presbytie ?

La presbytie touche 20 millions de Français. Avec l’âge, le cristallin perd une partie de son élasticité et de sa capacité d’accommodation. L’œil ne parvenant plus à restituer une image nette, le presbyte éprouve alors des difficultés à voir de près.

C’est généralement en lisant que les premiers troubles sont constatés. La consultation chez l’ophtalmologiste débouche alors sur une paire de lunettes améliorant la vision de près, l’emploi de verres progressifs étant la solution la plus confortable.

La myopie

Qu’est-ce que la myopie ?

Ce trouble de la vue provient d’un œil trop long, c’est-à-dire que la distance entre la cornée et la rétine est trop importante. Le myope voit mal de loin, car l’image se forme en avant de la rétine. Mais il voit bien de près. Sa distance de vision nette est d’autant plus courte que sa myopie est forte.

L’hypermétropie

Qu’est-ce que l’hypermétropie ?

L’œil de l’hypermétrope est trop court et forme l’image d’un objet vu à l’infini en arrière de la rétine. L’hypermétrope voit mieux de loin que de près. Sa vision nette se fait au prix d’une accommodation générant, à la longue, de la fatigue visuelle.

Pour corriger l’hypermétropie, le médecin ophtalmologue, après un examen des yeux, pourra proposer le port de lunettes ou de lentilles de contact.

L’astigmatisme

Les symptômes de l’astigmatisme

L’astigmatisme est souvent mis sur le compte de la fatigue. En effet, contrairement à une personne myope ou presbyte, un astigmate voit généralement plus ou moins bien, de près comme de loin. Seule la périphérie des images semble déformée en certaines occasions. Cette distorsion amène à confondre les lettres H et M, les chiffres 8 et 0…

En cause ? La forme de la cornée qui se révèle plus ovale que ronde. L’image ne se forme alors pas « sur » la rétine, mais avant ou après, et s’en trouve déformée.

La basse vision

Qu’est-ce que la basse Vision ?

La basse vision, appelée aussi malvoyance, est due à une dégradation importante de l’acuité visuelle ou à une réduction du champ visuel. Elle peut avoir plusieurs origines : dégénérescence maculaire liée à l’âge DMLA, glaucome, diabète, rétine pigmentaire, rétinopathie diabétique.

La malvoyance touche les individus de tout âge, mais notamment les personnes de plus de 50 ans.

Comment prévenir la basse vision ?

Certaines pathologies sont héréditaires mais peuvent être prévenues par un dépistage précoce. Il est donc important de protéger vos yeux, des effets nocifs du soleil tels que les UV et ce dés le plus jeune âge. Plusieurs études démontrent que le tabac augmente considérablement le risque de développer une DMLA.

Adoptez une alimentation équilibrée, vous permettra de diminuer le risque de développer un diabète, responsable de la rétinopathie diabétique.

Quelles conséquences?

Pour certains, même les lunettes de vue ne compensent plus la perte d’acuité visuelle.

L’écriture, la lecture, reconnaître les traits d’un visage, se déplacer… des choses simples deviennent difficiles.

La basse vision, c’est une situation de handicap qui réduit l’autonomie et demande des efforts constants d’adaptation.

La vision se trouble, l’acuité visuelle baisse ainsi que la sensibilité aux contrastes.

Une diminution de la vision périphérique se constate par des difficultés à se déplacer sans heurter les objets environnants.

La perte de la vision centrale nous fait perdre notre vision des détails, et engendre des difficultés à effectuer des tâches précises.

Une sensibilité aux lumières éblouissantes apparaît a l’intérieur comme à l’extérieur.

La vision des couleurs est altérée, les objets manquent de contraste et paraissent comme délavés.

L’amblyopie

Causes de l’amblyopie : une réaction en chaîne

L’amblyopie touche 5 à 6 % des bébés et reste encore rarement diagnostiquée. D’abord, parce que ce trouble visuel relève souvent d’un mécanisme de défense : lorsqu’un œil ne se développe pas normalement ou forme des images floues, l’autre va compenser en travaillant davantage. L’œil faible, de moins en moins performant, est alors qualifié de « paresseux ».

L’amblyopie peut également résulter d’un strabisme : pour éviter l’image double générée par des yeux divergents ou convergents, le corps va ignorer le travail d’un œil au profit de l’autre.

Le strabisme

Les causes et les effets du strabisme

Le strabisme est un trouble visuel qui se repère facilement dès l’enfance. Si les yeux de bébé se coordonnent peu à peu durant les premières semaines, un strabisme persistant au-delà du 5e mois doit alerter les parents.

Ce défaut visuel est souvent causé par un déséquilibre des muscles responsables des mouvements du globe oculaire. Le parallélisme des axes du regard s’en trouve alors perturbé, de façon intermittente ou permanente. Le strabisme peut être convergent, divergent ou vertical, et toucher un œil ou les deux.